Confinement Covid19 vs Leningrad

Vous avez dit confinement ? 15 jours ? 30 jours ? 45 jours ? soyons fous 60 jours ?

Et si je vous parle du siège de Leningrad, 872 jours !
On n’a pas fait « mieux » dans l’histoire moderne jusqu’au siège de Sarajevo dans les années 1990.
En effet, début septembre 1941, la Werhmarcht attaque la ville mais sa prise se révèle difficile, elle sera donc assiégée.
Durant 2 ans, 4 mois et 19 jours la ville sera quasiment coupée du monde. La nourriture y sera rationnée (Environ 1 000 000 de morts de faim, au mois de janvier 1942 pas loin de 4000 civils meurent de faim chaque jour. La ville comptait 3 000 000 d’habitants…), l’électricité coupée, plus de lumière et plus de chauffage (Au mois de janvier 1942 il faisait -45 °C…), sans compter les bombardements et les épidémies…
Les pertes militaires et civils s’élèvent à environ 1 800 000 morts !
Mais les russes ont tenu bon jusqu’à la liberation de la ville de son encerclement le 27 janvier 1944.

Le partage c'est la liberté

Le coin lecture : Les généraux allemands parlent

Rien n’est plus important pour préparer l’écriture de l’histoire d’un grand conflit que d’amasser des témoignages du camp d’en face, car contempler un conflit « de son propre côté de la colline » risque fort de produire un récit qui sera non seulement distordu, mais incomplet.
Les généraux allemands parlent

Basil H. liddell Hart

Les généraux allemands parlent
Les généraux allemands parlent

Le partage c'est la liberté

Donald Duck fait de la propagande

Dès l’entrée en guerre des États-Unis en décembre 1941, après l’attaque de Pearl Harbor, la propagande est devenue une priorité et le gouvernement américain le sait.
Les studios Disney décrochent  alors un contrat militaire le 8 décembre 1941.
Disney doit  produire 20 courts métrages d’enseignement pour l’armée, ils en feront 77 jusqu’en 1945.
Les studios vont changer de vedette, mettant en avant Donald Duck. Plus colérique et bagarreur, il fait passer un message plus fort que Mickey car ce dernier est vu comme trop joyeux et manquant de caractère.

 

Le partage c'est la liberté

Des patchs oui mais des patchs Disney !

La période de la Seconde Guerre mondiale est marquée d’une convergence effrénée vers l’effort de guerre. Un très grand nombre d’entreprises qui n’ont rien à voir avec la guerre vont concentrer une partie de leur travail, voir la totalité, vers une demande toujours grandissante du gouvernement.
Les studios Disney y participeront eux aussi à leur manière.
En effet, de nombreux insignes militaires à la demande des bataillons, escadrilles et autres divisions de l’armée américaine seront dessinés par les studios Disney.
Plus de 1 200 insignes seront créés par des artistes des fameux studios. Souvent à partir d’une demande précise, comme pour les célèbres Flying Tigers.

Le partage c'est la liberté

Prison de Spandau

Voici la célèbre prison de Spandau, construite à l’ouest de Berlin en 1876 à des fins de prison militaire pouvant accueillir environ 600 prisonniers. Elle devient surtout célèbre à partir de 1947  avec l’incarcération de sept anciens hauts responsables nazis condamnés lors du procès de Nuremberg. Ces sept prisonniers seront gardés à tour de rôle avec un changement mensuel par les vainqueurs de 1945 : Les américains, les soviétiques, les anglais et les français.

Voici les 6 premiers prisonniers :

Konstantin von Neurath (1873-1956) libéré en 1954 ;

Erich Raeder (1876-1960) libéré en 1955

Karl Dönitz (1891-1980) libéré en 1956

Walther Funk (1890-1960) libéré en 1957

Baldur von Schirach (1907-1974) libéré en 1966

Albert Speer (1905-1981) libéré en 1966

 

Et enfin le petit dernier « locataire » de cette prison, le fameux prisonnier numéro 7,  Rudolf Hess (1894-1987).
Il sera en effet à partir de 1966 le seul et dernier prisonnier à Spandau jusqu’à son présumé suicide par pendaison en 1987 à l’âge de 93 ans.
On peut dire que Rudolf Hess était un habitué des prisons : Il commença par un séjour à la prison de Landsberg en 1923, avec entre autre Adolf Hitler, après le putsch raté de la brasserie de Munich.
Par la suite en mai 1941 il s’envole pour l’Ecosse pour y rencontrer le Duc d’Hamilton, probablement pour proposer un traité de paix avec le Royaume-Uni, mais le plan ne fonctionne pas comme il devait et Hess se retrouve emprisonné en Angleterre jusqu’à la fin de la guerre.
Ensuite sa condamnation au procès de Nuremberg signe son arrivée à Spandau jusqu’à la fin de sa vie.

La prison sera des 1987 détruite pour éviter les rassemblements des nostalgiques d’un Reich millénaire..

 

Le partage c'est la liberté

Le vrai James Bond

Dušan Popov alias Tricycle était un agent double travaillant à la fois pour les services secrets allemands de l’Abwehr et pour les services secrets de sa Majesté  !

Avec sa couverture d’homme d’affaires travaillant dans l’import export, habilement, il renseigne les allemands avec un mélange d’informations vraies mais sans réel intérêt stratégique et de fausses informations élaborées par le service britannique « Double Cross ».

C’est au Portugal, pays neutre, qu’habituellement son officier de liaison allemand le contacte au casino de l’hôtel Palacio à Estoril. C’est dans ce même casino que Dusko Popov croise l’agent du MI5 Ian Fleming.

Popov mise, en une seule fois, les 38 000 dollars de ses frais de mission sur une table de baccara et remporte le coup au bluff face à un riche lituanien vantard.Ce coup de bluff est immortalisé dans Casino Royale, premier roman de James Bond écrit par Fleming.

Dusan Popov sera également envoyé par l’allemagne à Pearl Harbor sur demande des japonais afin de récupérer des renseignements pour l’élaboration de leur attaque du 7 décembre 1941.

Bien évidemment il en informe les britanniques et les américains qui seront donc prévenus plusieurs mois avant l’attaque que les japonais collectent des informations sur leur base. Mais les services secrets américains ne prendront pas ces informations comme une menace sérieuse…

Nous connaissons la suite.

Le partage c'est la liberté