Je reprends ma valise

Voici une chanson, quelque peu détournée, qu’aimait chanter ma grand mère dans les années 40 en Normandie ! Je l’embrasse au passage.

Je reprends ma valise,
Ma canne et mon pépin,
Ma grosse malle grise et mon p’tit sac à main.
Et je pars à la gare en disant j’en ai marre de la gueule à Pétain !

Avant-Maintenant : M42

Restauration d’une coque originale du fabriquant Hkp impactée : Une légère peinture feldgrau avec l’insigne national conservé, enfin ce qu’il en reste, et une petite couche de saturateur non uniforme pour un effet  de salissure.

Le but n’est pas de faire du neuf, en effet le casque aura pour destination finale une Jeep Willys !

Montant de l’opération : 60 €  (Enchère Ebay pour le casque et frais de port compris), la peinture je l’avais déjà !

La Marseillaise

De très nombreux témoignages évoquent ces Marseillaises chantées à pleins poumons comme ultime forme de résistance, de révolte et de solidarité quand toute autre était impossible. Même dans les prisons allemandes, comme à Montluc, en ce printemps 1944, où la Gestapo vint régulièrement prélever des otages : « Pour cette fois*, notre cellule avait de la chance, car personne n’a été désigné pour cette nouvelle aventure. Le commandement pour le départ a été répété par tous les surveillants. Moments inoubliables. Tous les partants entonnèrent la « Marseillaise ». Plus les brutes de la Gestapo et les soldats de l’escorte criaient et menaçaient pour faire taire, plus nos camarades chantaient fort. Il y eut des coups de poing et des coups de crosse. Nous, dans les cellules, les larmes aux yeux, nous les approuvions en frappant tant que nous le pouvions avec nos mains et nos pieds contre la porte. Jamais je n’ai entendu chanter notre hymne national avec autant de conviction. Puis c’était le « Chant des Adieux ». Nous les entendions s’éloigner ».

*Témoignage de René Bronner. Extrait de La France Torturée de Gérard Bouaziz (Préface de Lucie Aubrac, un livre difficile mais à lire absolument) 

Le coin lecture : Le Jour le plus long – Cornelius Ryan

 

Voici un livre à ne pas manquer ! Une édition spéciale qui rassemble les documents de recherche que Cornelius Ryan utilisa pour ecrire son fameux livre. Beaucoup de documents traduits très intéressants sur des témoignages, journaux des marches et des opérations de divison, etc…

Extrait : « Vous débarquerez sur le continent européen, et, en liaison avec les autres Nations unies, engagerez des opérations pour atteindre le coeur de l’Allemagne et détruire ses forces armées… » Note accordant l’autorité Suprême au général Eisenhower. 

Oui je sais, l’extrait est court, extrêmement court même. Il n’a pour but que d’indiquer la nécessité quasi vitale de posséder ce livre dans la bibliothèque d’un amateur éclairé  !

Vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Un dernier indice en image sur l’importance de ce livre.