Prison de Spandau

Voici la célèbre prison de Spandau, construite à l’ouest de Berlin en 1876 à des fins de prison militaire pouvant accueillir environ 600 prisonniers. Elle devient surtout célèbre à partir de 1947  avec l’incarcération de sept anciens hauts responsables nazis condamnés lors du procès de Nuremberg. Ces sept prisonniers seront gardés à tour de rôle avec un changement mensuel par les vainqueurs de 1945 : Les américains, les soviétiques, les anglais et les français.

Voici les 6 premiers prisonniers :

Konstantin von Neurath (1873-1956) libéré en 1954 ;

Erich Raeder (1876-1960) libéré en 1955

Karl Dönitz (1891-1980) libéré en 1956

Walther Funk (1890-1960) libéré en 1957

Baldur von Schirach (1907-1974) libéré en 1966

Albert Speer (1905-1981) libéré en 1966

 

Et enfin le petit dernier « locataire » de cette prison, le fameux prisonnier numéro 7,  Rudolf Hess (1894-1987).
Il sera en effet à partir de 1966 le seul et dernier prisonnier à Spandau jusqu’à son présumé suicide par pendaison en 1987 à l’âge de 93 ans.
On peut dire que Rudolf Hess était un habitué des prisons : Il commença par un séjour à la prison de Landsberg en 1923, avec entre autre Adolf Hitler, après le putsch raté de la brasserie de Munich.
Par la suite en mai 1941 il s’envole pour l’Ecosse pour y rencontrer le Duc d’Hamilton, probablement pour proposer un traité de paix avec le Royaume-Uni, mais le plan ne fonctionne pas comme il devait et Hess se retrouve emprisonné en Angleterre jusqu’à la fin de la guerre.
Ensuite sa condamnation au procès de Nuremberg signe son arrivée à Spandau jusqu’à la fin de sa vie.

La prison sera des 1987 détruite pour éviter les rassemblements des nostalgiques d’un Reich millénaire..

 

Le partage c'est la liberté

Le vrai James Bond

Dušan Popov alias Tricycle était un agent double travaillant à la fois pour les services secrets allemands de l’Abwehr et pour les services secrets de sa Majesté  !

Avec sa couverture d’homme d’affaires travaillant dans l’import export, habilement, il renseigne les allemands avec un mélange d’informations vraies mais sans réel intérêt stratégique et de fausses informations élaborées par le service britannique « Double Cross ».

C’est au Portugal, pays neutre, qu’habituellement son officier de liaison allemand le contacte au casino de l’hôtel Palacio à Estoril. C’est dans ce même casino que Dusko Popov croise l’agent du MI5 Ian Fleming.

Popov mise, en une seule fois, les 38 000 dollars de ses frais de mission sur une table de baccara et remporte le coup au bluff face à un riche lituanien vantard.Ce coup de bluff est immortalisé dans Casino Royale, premier roman de James Bond écrit par Fleming.

Dusan Popov sera également envoyé par l’allemagne à Pearl Harbor sur demande des japonais afin de récupérer des renseignements pour l’élaboration de leur attaque du 7 décembre 1941.

Bien évidemment il en informe les britanniques et les américains qui seront donc prévenus plusieurs mois avant l’attaque que les japonais collectent des informations sur leur base. Mais les services secrets américains ne prendront pas ces informations comme une menace sérieuse…

Nous connaissons la suite.

Le partage c'est la liberté

Pumpkin bomb

Les « pumpkin bomb » (bombes citrouilles) étaient des bombes aériennes classiques développées par au sein du projet Manhattan et utilisées par les forces aériennes de l’armée américaine contre le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale.
Il s’agissait d’une réplique exacte de la bombe au plutonium Fat Man (en photo dans la publication) présentant les mêmes caractéristiques balistiques , mais elle utilisait des explosifs conventionnels classiques non nucléaires.
Elles étaient principalement utilisées à des fins de test à l’entraînement ou au combat.
486 unités sont produites.

Le nom de « pumpkin bomb » était utilisé dans les documents officiels pour désigner la grande forme ellipsoïdale au lieu de la forme cylindrique plus habituelle des autres bombes. Une grosse citrouille finalement 🎃

Le partage c'est la liberté

Un Charms ou rien !

Les bonbons acidulés aux fruits Charms étaient fournis dans les rations alimentaires américaines pour apporter un peu de couleur et surtout du sucre dans des rations plutôt couleur olive drab…

La définition du mot « charms» pour ces bonbons est «quelque chose qui porte chance» mais paradoxalement depuis quelques années pour le GI américain, notamment au sein du corps des Marines, il porte malheur !

Si un accident arrive c’est que quelqu’un mangeait un Charms; sucer un Charms au citron et vous vous dirigez vers une panne de véhicule, un au citron vert et il pleut, un autre à la framboise pour les très superstitieux signifie la mort.

Les  Charms n’ont plus le même succès qu’il y a 75 ans…

Mais on peut toujours en acheter et je n’ai pas « encore » eu de panne de voiture !

Le partage c'est la liberté

Exposition universelle

Exposition Universelle de 1937 à Paris. Le pavillon allemand dessiné par Albert Speer fait face au pavillon soviétique…

La préfiguration d’un choc idéologique et guerrier sans précédent !

Le partage c'est la liberté

Axis Sally

Mildred  Elizabeth Gillar. 

Alias Axis Sally, Américaine originaire de Portland s’installe dans les années 1930 en Allemagne. 

Elle devient présentatrice à Radio Berlin en 1940. 

elle y anime jusqu’au 6 mai 1945 une émission de propagande Nazi s’adressant aux populations et troupes anglo-saxonnes. 

L’objectif étant de leur saper le moral en évoquant par exemple l’infidélité des épouses et fiancées de soldats, ou de menacer avec des paroles détournées de chansons célèbres comme Double dare you de Louis Armstrong. « I double dare you to come over here, i double dare you to venture to near… »

Ce qui lui vaut d’être surnommée par les boys américains et tommies anglais Axis Sally ou the bitch of Berlin…La salope de Berlin !

elle est devenue la première femme à être reconnue coupable de trahison contre les États-Unis.

Libérée en 1961, elle s’éteint le 25 juin 1988 à Colombus dans l’ohio. 

Le partage c'est la liberté

22 mai 1944

22 mai 1944. A Clermont-Ferrand la milice de Vichy aligne contre un mur d’une rue Roger, André et Marcel. Ils viennent d’être arrêtés juste en face au bar La station.

Ils seront abattus et achevés sur place…Ces trois jeunes faisaient partie du groupe de résistance « Cristal ».

Ils avaient 23, 22 et 21 ans.

Le partage c'est la liberté

21 mai 1944

Nous sommes le 21 mai 1944 quand le régiment Der Führer de la division SS Das Reich, qui deviendra tristement célèbre pour ses exactions du mois de juin suivant à Tulle et Ouradour Sur Glane, s’en prend au village de Frayssinet-Le-Gélat dans le Lot.
Il y pendra plusieurs femmes et fusillera d’autres innocent(e)s sans oublier de brûler une partie du village.

Le partage c'est la liberté