Une partie de baseball ?

Comment faire oublier temporairement la dure réalité de la guerre aux boys américains pendant leurs journées de repos ?

Quoi de mieux que le sport et surtout le baseball pour remonter le moral du GI !

Des matchs officiels seront également organisés entre différentes unités.

La logistique de l’armée américaine fournira plusieurs milliers de kit de baseball, Soft-Ball, mais aussi gants de boxe et autres ballons de football aux troupes sur tous les théâtres d’opérations.

Réception des kits « Special Services » par une unité de Marines dans le pacifique sud.
Ensemble Soft-Ball « Special Services U.S. ARMY » de batteur-lanceur(Gant à 5 doigts).
Gant de lanceur de Soft-Ball Wilson 680X « Special Services U.S. ARMY » et sa balle, vous noterez que les balles de Soft-Ball ont un diamètre supérieur à celui des balles de baseball.
Photo originale du 16 mars 1945 prise lors du match d’ouverture de la ligue Signal Corps de Soft-Ball dans laquelle les champions de 1944, 3116th « Yanks » ont battu le 3177th « Pappy’s Playboys », 6 à 1.

Le partage c'est la liberté

Rayon d’action des chasseurs alliés en Europe

Les raids de bombardiers diurnes sur l’Allemagne posent un problème très rapidement aux alliés, l’autonomie en carburant des avions…Non pas pour les bombardiers mais pour l’escorte composée de chasseurs.

En effet les bombardiers sont vulnérables aux tirs de barrage de la Flak allemande et de ses chasseurs qui doivent intercepter à tout prix les bombardiers, les pertes sont énormes. Il faut donc une escorte permanente des formations de bombardiers.

Ces raids avec escorte sont donc limités par le rayon d’action des chasseurs et ne peuvent opérer au cœur de l’Allemagne qu’à partir de novembre 1943 avec le Lockheed P38 Lightning.
Décembre 1943, le très performant North America P-51 Mustang et son rayon d’action de plus de 1000 kilomètres apportera la solution à cette problématique.

Le partage c'est la liberté

Rien ne se perd tout se transforme

Les cartes d’évasion en soie sont de nos jours négociées à prix d’or.

Mais à la fin de la guerre, des milliers de cartes inutilisées ont été vendues dans des magasins et les femmes britanniques, toujours aux prises avec une pénurie de tissus en raison du rationnement de la guerre, les ont achetées pour fabriquer des vêtements, des sous-vêtements, des robes…

Le partage c'est la liberté

Opération Paukenschlag

Operation Paukenschlag

On pourrait penser que la bataille de l’Atlantique se cantonnait, pour une grande partie, à l’attaque des convois alliés qui rejoignaient l’Angleterre par les fameux Unterseeboot allemands. Mais la guerre maritime déclenchée par le 3ème Reich va encore plus loin, jusqu’en Amérique !

En effet à partir de janvier 1942 et jusqu’en août de la même année, la Kriegsmarine profite du manque d’organisation et de défense de la côte est des Etats-Unis pour lancer l’opération Paukenschlag ou opération Drumbeat pour les Alliés.

609 navires furent coulés et 22 u-boot perdus.

U-234

Le partage c'est la liberté

Chuck Yeager

Chuck Yeager’s P-51, « Glamorous Glen III » with external fuel tanks mounted and sporting 12 kill flags.

Charles Elwood « Chuck » Yeager (né le 13 février 1923 à Myra, en Virginie-Occidentale. Décédé le 7 décembre 2020. ) est un aviateur américain. Il est célèbre pour avoir été le premier à franchir le mur du son, à bord du Bell X-1, le 14 octobre 1947.

Le fameux Bell X-1 avec la dédicace de Chuck Yeager à mon nom

Chuck Yeager entre dans l’US Army Air Corps quelques mois avant l’engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, le 12 septembre 1941. Affecté en Grande-Bretagne à partir de novembre 1943, il acquiert le statut d’as de l’aviation et termine le conflit avec le grade de capitaine et treize appareils allemands abattus à son palmarès.
Il est un des premiers pilotes à avoir abattu un Me 262.
Dans son autobiographie, il a évoqué les atrocités qu’il avait ordre de commettre contre les civils allemands : « Des atrocités furent commises par les deux camps. (…) Une zone de cinquante miles sur cinquante à l’intérieur de l’Allemagne fut assignée à nos soixante-quinze Mustangs et ils reçurent l’ordre de mitrailler tout ce qui bougeait. Le but était de démoraliser la population allemande. (…) Si quelqu’un avait refusé de participer (et, autant que je me souvienne, personne ne refusa), il aurait probablement été traîné en cour martiale. »
Yeager ajoute que, lors d’un briefing, il murmura à son voisin : « Si nous faisons des choses pareilles, nous devrons vraiment nous efforcer d’être dans le camp des vainqueurs. »
Il conjecture que, pour faire commettre ces atrocités, le haut commandement se donnait pour excuse l’imbrication entre armée et population civile dans l’Allemagne du temps de guerre : « Le fermier qui labourait son champ de pommes de terre nourrissait peut-être des troupes allemandes. Et parce que l’industrie allemande était détruite par les bombardements incessants, la fabrication de munitions était devenue une industrie artisanale, dispersée à travers le pays dans des centaines de maisons et de fabriques locales, ce qui était l’excuse des Britanniques pour les tapis de bombes et les bombes incendiaires sur cibles civiles. En guerre, les militaires hésiteront rarement à frapper des civils qui sont dans le chemin ou à prendre des civils pour cible pour diverses raisons stratégiques. »
Après la guerre, il reste dans l’US Air Force nouvellement créée et devint pilote-instructeur, puis pilote d’essai à partir de juillet 1945. Transféré sur la base de Muroc Field en Californie (aujourd’hui la base Edwards), il est le premier homme à franchir le mur du son le 14 octobre 1947 à 10 h 18, à bord du prototype Bell X-1, avion fusée dessiné d’après la balle de calibre 12,7 mm qui sort du canon d’un fusil à vitesse supersonique. La veille de ce vol historique, Chuck fait une chevauchée dans le désert et chute, se brisant deux côtes.

En septembre 1953, Chuck Yeager est l’un des premiers américains à piloter un MiG-15 qu’un pilote déserteur Nord-Coréen, No Kum-Sok, a remis à l’armée américaine.

En mai 1955, il retourne en Europe avec le grade de lieutenant-colonel pour prendre le commandement du 417th Fighter-Bomber Squadron sur la base de Hahn en RFA, puis sur la base de Toul-Rosières en France, de juillet 1956 à juillet 1957.

Le 10 décembre 1963, Yeager échappe de justesse à la mort, alors qu’il perd le contrôle du prototype Lockheed NF-104A à l’altitude de 108 700 pieds (33 131 mètres). Parvenant à s’éjecter après une chute vertigineuse de 100 200 pieds (30 540 mètres), il s’en sortira gravement brûlé.
Les deux vols sont racontés dans le livre de Tom Wolfe et le film du même nom de Philip Kaufman, L’Étoffe des héros (The Right Stuff).

En juillet 1966, il prend le commandement du 405th Fighter Wing sur la base aérienne américaine de Clarke, aux Philippines, et effectue 127 missions au-dessus du Viêt Nam.
Après avoir été promu brigadier-général en août 1969, Yeager occupe divers postes avant de prendre sa retraite de l’US Air Force le 1er mars 1975.

En 1986, il fit partie de la Commission Rogers chargée d’enquêter sur l’accident de la navette spatiale Challenger, détruite au lancement le 28 janvier 1986.
Le 14 octobre 1997, pour fêter l’anniversaire des 50 ans du passage du mur du son, il vole à bord d’un F15 Eagle et le repasse symboliquement.

October 1997 — Brigadier General Charles E. « Chuck » Yeager standing in front of his F-15 Eagle on the 50th Anniversary of his becoming the first man to break the speed of sound. (U.S. Air Force photo)

Divers:
Pour son vol à bord du Bell X-1, Chuck Yeager porte une Rolex Oyster ; la marque ne manque pas de le rappeler dans des campagnes publicitaires.
En 2003, alors âgé de 80 ans, il vole à Oshkosh sur un P-51 Mustang, en duo avec son camarade d’escadrille de l’époque, le colonel Bud Anderson.
Le 14 octobre 2012, jour anniversaire de son exploit, Felix Baumgartner devient le premier homme à passer le mur du son en chute libre.

Décorations:
Distinguished Service Medal
Silver Star avec une feuille de chêne en bronze (pour avoir abattu cinq Messerschmitt Bf 109 en une seule journée)
Distinguished Flying Cross avec deux feuilles de chêne en bronze (pour avoir abattu un Messerschmitt Me 262 et avoir passé le mur du son)
Legion of Merit avec une feuille de chêne en bronze
Bronze Star
Purple Heart
Air Medal avec deux feuilles de chêne en argent
Air Force Commendation Medal
Presidential Unit Citation avec une feuille de chêne en bronze
Air Force Outstanding Unit Award
American Defense Service Medal
American Campaign Medal
European-African-Middle Eastern Campaign Medal avec une étoile d’argent et 3 étoiles de bronze
World War II Victory Medal
Presidential Medal of Freedom
Congressional Silver Medal (1976), pour avoir passé le mur du son pour la première fois.
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chuck_Yeager

Mise à jour de cet article après la bien triste nouvelle de l’annonce de son décès, le 7 décembre 2020.
Good luck Chuck 💫

 

Le partage c'est la liberté

Poppy Appeal

Vous avez sans doute remarqué que depuis plusieurs semaines « fleurissaient » des coquelicots sur certaines personnalités britanniques ?

Le coquelicot en papier, porté au Royaume-Uni (sauf en Écosse) chaque année de fin octobre jusqu’au 11 novembre en échange de dons pour soutenir les familles des soldats morts ou blessés au combat, apparait des la fin de la première guerre mondiale d’après l’allégorie du poème In Flanders Fields de 1915 sur la sanglante seconde bataille d’Ypres.

Au champ d’honneur

Au champ d’honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l’espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encore
À nos parents, à nos amis,
C’est nous qui reposons ici

Au champ d’honneur.
À vous jeunes désabusés
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.

Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d’honneur

Adaptation française du poème In Flanders Fields de John McCrae par Jean Pariseau.

Le partage c'est la liberté

C’est la zone

1945, les vainqueurs se partagent l’Allemagne et notamment la capitale du Reich, Berlin, en 4 zones d’occupation. Chacun sa zone, chacun son influence…

Mais est-ce valable uniquement pour L’Allemagne et Berlin ?

L’Autriche est en effet logée à la même enseigne avec une division par secteur et sa capitale, Vienne,  ô combien symbolique depuis l’Anschluss de 1938, n’échappe pas à la règle.
Elle dispose même d’une zone internationale où son administration est commune aux vainqueurs qui s’échangent chaque mois la responsabilité de la zone.

Ainsi les vainqueurs organisent  des patrouilles communes… Américains, français, anglais, russes en balade dans la même Jeep…

Le partage c'est la liberté

2 septembre 1945 – Cuirassé USS Missouri – Baie de Tokyo – Japon.

2 septembre 1945 – Cuirassé USS Missouri – Baie de Tokyo – Japon.

Capitulation du Japon impérial. Fin de la seconde guerre mondiale.

Le général Douglas MacArthur signe l’acte de capitulation avec plusieurs porte-plumes noirs sauf un Parker de couleur rouge… Deux seront offerts immédiatement aux généraux qui avaient capitulé aux Philippines et à Singapour présents derrière lui sur la photographie. le rouge était celui de Jean, l’épouse de MacArthur.

Le partage c'est la liberté

Opération Aphrodite

OpEration Aphrodite
4 aout 1944

Mission expérimentale qui avait pour but de détruire les équipements de production et de lancement des V-1 en utilsant des des bombardiers B-17 qui étaient très endommagés. Ces forteresses volantes, une fois allégées des éléments non essentiels au vol, étaient chargées d’environ 8 tonnes d’explosifs. Les appareils étaient équipés d’un contrôle sommaire de guidage contrôlé par un avion accompagnateur nommé CQ-17.
Apres plusieurs missions qui se sont pour la plus part terminées par un échec à cause de problèmes de mécanique ou de visibilité ou encore d’imperfections dans le système de guidage, le programme fut abandonné.

B-17 radioguidé

Le partage c'est la liberté