L’invasion dans 48 heures

Extrait traduit du journal des marches et opérations de la 15ème armée allemande faisant allusion au message Verlaine capté sur la BBC par les services de renseignements allemand.

« Les sanglots longs des violons de l’automne

Blessent mon coeur d’une langueur monotone. »

D’après ce message l’invasion commencera dans les prochaines 48 heures….

Le partage c'est la liberté

Je reprends ma valise

Voici une chanson, quelque peu détournée, qu’aimait chanter ma grand mère dans les années 40 en Normandie ! Je l’embrasse au passage.

Je reprends ma valise,
Ma canne et mon pépin,
Ma grosse malle grise et mon p’tit sac à main.
Et je pars à la gare en disant j’en ai marre de la gueule à Pétain !

Le partage c'est la liberté

La Marseillaise

De très nombreux témoignages évoquent ces Marseillaises chantées à pleins poumons comme ultime forme de résistance, de révolte et de solidarité quand toute autre était impossible. Même dans les prisons allemandes, comme à Montluc, en ce printemps 1944, où la Gestapo vint régulièrement prélever des otages : « Pour cette fois*, notre cellule avait de la chance, car personne n’a été désigné pour cette nouvelle aventure. Le commandement pour le départ a été répété par tous les surveillants. Moments inoubliables. Tous les partants entonnèrent la « Marseillaise ». Plus les brutes de la Gestapo et les soldats de l’escorte criaient et menaçaient pour faire taire, plus nos camarades chantaient fort. Il y eut des coups de poing et des coups de crosse. Nous, dans les cellules, les larmes aux yeux, nous les approuvions en frappant tant que nous le pouvions avec nos mains et nos pieds contre la porte. Jamais je n’ai entendu chanter notre hymne national avec autant de conviction. Puis c’était le « Chant des Adieux ». Nous les entendions s’éloigner ».

*Témoignage de René Bronner. Extrait de La France Torturée de Gérard Bouaziz (Préface de Lucie Aubrac, un livre difficile mais à lire absolument) 

Le partage c'est la liberté

Bloody Omaha

 

Le colonel George A. Taylor, commandant du 16 ème régiment  de la fameuse 1 ère division d’infanterie « The big red one », hurle à ses troupes sur Omaha beach : « Il y a deux sortes de personnes qui restent sur cette plage: celles qui sont mortes et celles qui vont mourir. Maintenant, sortons d’ici. »

Le partage c'est la liberté

Soyons fermes

« Soyons fermes, fiers et fidèles ; au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n’ont pas cédé. »

Charles de Gaulle, 14 juillet 1943

 

Le partage c'est la liberté

Louis de Cazenave

« La guerre ? Hay hay hay ! Un truc absurde, inutile ! À quoi ça sert de massacrer des gens ? Rien ne peut le justifier, rien ! »

Louis de Cazenave (1897-2008) Dernier survivant du Chemin des Dames et avant dernier poilu en vie. 

Le partage c'est la liberté

 Marcel.P 6 juin 1944

Mon grand père paternel  faisait ses études de médecine à Caen lors du débarquement.
Il habitait  en centre ville, rue Geôle juste à coté des murailles du château.
Au matin du 6 juin, il monte sur le toit où il entend et voit au loin les tirs de la marine alliée, ensuite les bombardements de l’aviation alliée… C’est bien le débarquement… Il décide de partir avec deux valises…

Voici son parcours :

– Il « remonte » vers le jardin des plantes de Caen.

Jardin des plantes détruit en 1944 après les bombardements  (Col. Aub.)

 

– Ensuite il part pour Maltot (sud-ouest de Caen) et récupère une brouette…

Village de Maltot après les combats.

– Puis Esquay-Notre-Dame où il ne reste pas, car en voyant l’installation d’une batterie d’artillerie allemande, il préfère partir : En effet le village (cote 112) va subir de lourds combats, le village fut totalement détruit…

Esquay Notre Dame – Cote 112
Esquay-Notre-Dame

 

– ensuite Evrecy.

Evrecy

Le 15 juin pendant la nuit, vers trois heures du matin, les bombes alliées pleuvent sur la commune d’Evrecy. En vingt minutes, le village est rasé : 130 morts sur 400 habitants !


– Il retourne à Caen pour récupérer son album photo, les rues sont désertes et en ruines…

Rue Geôle – Caen- 1944

Il va mettre plusieurs jours pour rejoindre la région parisienne, Sartrouville, où habitent ses parents…

Pendant son périple, il croisera quelques combattants, dont des canadiens.
L’un deux, lui donna son canif… Le voici aujourd’hui :

Il vit actuellement en région parisienne à bientôt 98 ans…

Le partage c'est la liberté

Vrai faux vétéran : Howard Manoian

 

Voici l’histoire, ou plus précisément le romain du d-day d’Howard Manoian.
Pourquoi le terme roman et non pas histoire ? L’histoire suivante sort effectivement totalement de l’imagination de ce vétéran qui n’a jamais été, comme il le criait haut et fort, dans la prestigieuse 82 ème division aéroportée américaine et n’a pas participé au « jump normand » !
En effet il faisait partie de la « 33rd Chemical Decontamination Company » qui a bien débarqué en Normandie sur Utah Beach, il a même été blessé ! Son mensonge est resté convainquant pendant un certain temps, le premier a émettre des doutes sur son histoire était un vrai membre de la 82ème airbone : Bill Tucker en  2001 !
Quelques années après le Boston Herald Tribune dévoile au grand jour la véritable histoire de ce vétéran. Plus tard d’autres recherches, preuve à l’appui, confirmeront les informations du journal.
Cependant, qu’Howard Manoian est souffert de mythomanie ou d’autre chose, il restera un vétéran qui a débarqué pour libérer l’Europe de l’emprise NAZI !

Voici son « histoire » :

Howard Manoian : «Partis а 44, nous revenons à 18» 

Il a choisi la France. Caporal chef de l’infanterie parachutiste, Howard Manoian a 19 ans quand il est parachuté au-dessus du petit village normand de Sainte-Mère-Eglise. Le Figaro l’a retrouvé soixante ans après dans cette bourgade du Cotentin, où il a établi sa résidence principale depuis 1992. D’origine arménienne, cet enfant du Massachusetts avoue apprécier le calme de la campagne normande, sauf а la veille de chaque anniversaire du débarquement. Ses souvenirs de
la bataille de Normandie sont intacts. Il nous livre ici le journal de ces heures et de ces jours historiques.

4 et 5 juin

«La tempète fait rage. Le vent et la pluie balayent le tarmac du camp d’aviation située а quelques encablures de Leicester, en Angleterre. La météo n’est pas de la partie. Ce n’est pas tant la pluie qui nous inquiète, que les bourrasques de vent qui s’amplifient au fur et а mesure de la journée du 4 juin. Le vent, c’est sans doute le pire ennemi des parachutistes. Nous sommes pourtant prèts а y aller. Les manoeuvres, nous les connaissons par coeur pour les avoir répétées de longs mois, ici, de l’autre coté du Channel. Mais la décision tombe, le Débarquement est reporté de 24 heures. Une journée de plus а attendre, а imaginer le pire, а ressasser les consignes dans notre tète, а feuilleter, sans réelle motivation, le dictionnaire anglais-franзais que la logistique nous a remis dans notre paquetage. La peur est lа. Nous connaissons tous les statistiques, un parachutiste sur deux meurt avant d’avoir foulé le sol. Dans sa grande «générosité», l’Etat américain nous accorde d’ailleurs une sorte de prime de risque mensuelle de 50 dollars.

Le 5 juin au soir, comme prévu, une légère amélioration se dessine. Cette fois-ci, c’est la bonne. Dans quelques heures, nous survolerons la Manche, puis les cфtes normandes. Dans mon esprit,
dans celui de tous mes camarades, cette opération doit кtre de courte durée. Pas question de s’attarder en France. Le débarquement achevé, nous foncerons sur Berlin, notre ultime objectif.

Nuit du 5 au 6 juin

L’avion décolle vers 1 heure du matin et gagne rapidement le Cotentin, distant d’а peine 200 kilomètres de notre base. Mon bataillon, le 505e régiment, a pour objectif principal de prendre un pont qui enjambe la petite rivière de Merderet, un affluent de la Douve, située а 3 ou 4 kilomètres de Sainte-Mère-Eglise. L’avion entame sa descente, il a prévu de nous faire sauter au plus bas, c’est-а-dire а 200 mètres d’altitude maximum.

Je saute parmi les derniers. Mauvais présage, ou hasard d’un pilotage imprécis, j’atterris au beau milieu du cimetière de l’église du village. Je ramasse rapidement mon paquetage et décampe
de ce lieu inhospitalier. Je retrouve avec bonheur trois de mes camarades. Mais la joie des retrouvailles est vite effacée par la riposte allemande. L’alerte a été donnée, les batteries de la Werhmacht s’exécutent. J’essaye de prendre contact avec le reste de ma compagnie, mais la connexion de ma radio est défectueuse. 

Le combat de position fait rage dans les rues de Sainte-Mère-Eglise. On
progresse très lentement, rue après rue, quartier par quartier.

6 juin

Le jour se lève et la lumière expose а nu les dures réalités de la guerre. Les corps s’amoncellent déjа dans les rues, les blessés se comptent par dizaines. Des fermes transformées en hôpitaux de fortune accueillent les éclopés.

Un officier américain vient me trouver. Il a besoin de renfort pour prendre le château de Fauville, quartier général des officiers allemands. Cette solide bвtisse est située а la sortie de Sainte-Mère-Eglise, sur la route de Carentan. Pris par surprise, dans son sommeil, l’ennemi oppose une résistance passive а notre assaut. En une demi-heure, l’affaire est bouclée, et les 40 officiers sont sous notre contrôle. Six parachutistes sont affectés а la surveillance du chateau.

Pour ma part, je regagne le nord de Sainte-Mère-Eglise, où une poche de résistance sévit. Nous partons а 44, nous revenons, le 7 au matin, а 18 de cette sanglante boucherie. Le commandant du bataillon, le sergent Robert Nyland, qui avait débarqué quelques heures plus tôt а Utah Beach, est mort. 

7 juin

La journée entière est consacrée а la libération de Sainte-Mère-Eglise. Le combat de rue est intense.

Bientôt, la ville ressemble а un champ de ruines. Cela fait maintenant près de deux jours que j’ai été parachuté. Deux jours sans aucune nouvelle du reste de ma compagnie, basée а 4 kilomètres d’ici, en rase campagne. Nous tentons pourtant d’établir une communication mais nos radios ont été mal montées et rien ne fonctionne. Il faut attendre la fin de la journée du 7 juin pour que nous puissions enfin réaliser que nous maоtrisons la situation. La résistance allemande est bien plus
forte que nous l’imaginions. Demain, nous pourrons enfin rejoindre nos camarades.

8 juin

Nous quittons Sainte-Mère-Eglise au petit matin. Mais avant de laisser cette bourgade derrière nous, il nous faut absolument trouver un point d’eau. Plus que faim, nous avons terriblement soif. Je n’ai pas bu depuis trois jours. Je frappe а une porte. Je ne parle pas un mot de franзais. Un homme m’ouvre. Je lui montre mon drapeau américain а l’épaule pour le rassurer. Je tourne fébrilement les pages de mon dictionnaire pour trouver les mots qui me donneront а boire. «Je
veux boire…», je n’ai pas le temps de dire de l’eau que l’homme apporte une bouteille enveloppée d’un papier journal de sorte que je ne parviens pas bien а en distinguer le contenu. Il me sert alors
généreusement de son liquide, qui a une couleur bien jaunвtre. Je me souviens alors que la logistique nous avait mis en garde sur le fait que l’eau, dans la plupart des villages de France, n’est pas potable.

Je sors alors deux comprimés purificateurs. J’attends qu’ils fassent leur effet, et avale а grandes gorgées ce breuvage. J’ai а peine le temps de réaliser qu’il s’agissait d’un alcool fort que je suffoque et manque de m’étouffer. Je comprends que cet homme a cherché а m’empoisonner. Je pointe ma mitraillette sur lui, mais il m’explique tant bien que mal qu’il m’a servi une sorte de brandy а la pomme appelé calvados. Pour m’excuser, je lui offre mes cigarettes.

Nous arrivons en début d’après-midi а destination et retrouvons avec joie le reste de mes camarades. Mais rapidement, je constate que notre compagnie accuse de lourdes pertes. Le bilan est effroyable. Deux cents soldats ont sauté sur le pont le 6 juin. Deux jours après, il n’en reste que 60 debout. 80 sont gravement blessés, 60 ont péri au combat. Postés sur l’autre rive de la rivière, trois chars allemands ont riposté pendant deux jours sans discontinuer. Il s’agit d’engins
français de la marque Renault, que les Allemands se sont procurés dès 1940. Deux d’entre eux ont explosé а la suite de tirs de bazooka, le troisième a pris la fuite pour contourner notre front et nous
attaquer par-derrière. Il n’a pas eu le temps de faire de dégвts car nous l’avons intercepté et anéanti avant même qu’il ne tire sa première salve.

9 juin

Première grande victoire, nous parvenons enfin а traverser ce petit pont de pierre et а gagner l’autre rive de cette rivière, le Merderet. Nous pouvons maintenant poursuivre notre avancée plein
ouest et contrфler une partie non négligeable de la presqu’île du Cotentin. Nous gagnons enfin concrètement du terrain. Nous pouvons désormais considérer que le Débarquement s’est achevé pour laisser la place а la bataille de Normandie».

Howard Manoian est blessé gravement pour la première fois le 17 juin, а Saint-Sauveur-le-Vicomte. Une balle lui traverse la paume de la main, de sorte «qu’on pouvait voir а travers». Il est également touché aux deux jambes. Il est transféré dans un hôpital de campagne aménagé
sur la plage d’Utah Beach. Le sort s’abat une nouvelle fois sur lui а sa sortie de l’hôpital. Un chasseur allemand mitraille la plage en rase-mottes et le blesse а l’autre main. Pendant que le 505e régiment libère le sud de la Manche, et notamment la Haye-du-Puit, Howard Manoian est transféré en Angleterre par navire-hôpital, et placé en convalescence jusqu’au 13 septembre. Il participe ensuite а la campagne de Hollande, puis а celle des Ardennes, particulièrement
éprouvante. «Je n’ai jamais eu aussi froid», confie-t-il. 

Howard Manoian ne marchera pas sur Berlin, il sera arrêté de nouveau dans sa course par une grave blessure en mars 1945, qui l’oblige а regagner définitivement les Etats-Unis. Il foule le sol américain le 10 mai, et savoure six semaines de permission.

Au lendemain de la guerre, Howard Manoian quitte l’armée. Il devient gardien de prison, fonction dans laquelle il «s’ennuie а mourir». Il quitte l’administration pénitentiaire pour exercer le métier de policier pendant 32 ans.

 

Howard Manoian.
By Lisa Bryant/Special to The Chronicle.

Le Figaro
Propos recueillis par Thibault Dromard
(02 juin 2004)

Le partage c'est la liberté