George Dickson

« l’apres-midi du jour J, nous étions enterrés dans nos trous individuels en périmètre défensif sur les hauteurs surplombant les écluses de la Barquette.Cet après-midi-là, je fus touché par deux fois.J’étais dans un trou de fusilier, et pour vous dire comme j’etais malin, j’ai été me mettre à un autre endroit, là où deux types avaient au préalable été tués ! QUelle décision stupide c’était ! Ca commençait à drolement chauffer là-haut et un certain moment un P-47 est apparu mitraillant des positions, en rase-mottes, derrière moi.J’étais couché sur une pile de fumier et j’ai tourné la tete pour voir ces avions.Un tireur allemand avait pris ma position en ligne de mire et quand il repèra le grand « E » blanc peint sur le coté de mon casque – BOOM- je pris une balle dans la tete. La balle perça mon casque, tourna à l’interieur, et termina sa course dans mon cou.Rafferty, un lieutenant du 501eme,m’ota la balle.l’impact me fit basculer en arrière et là ces boche ont vraiment commencé à me les chauffer ! Plus tard dans l’après-midi, alors que j’escortais des prisonniers allemands vers l’arrière, l’enfer se mit soudainement à se déclencher autour de moi.Un tir de barrage de mortier et de 88mm enveloppa le groupe.Un obus explosa à coté de moi, et après qu’il toucha le gosse qui était avec moi, il me toucha à la tete encore une fois.Mon casque absorba la majeure partie du choc et me sauva.C’était seulement la premier jour et j’avais déjà failli y passer par deux fois ! Je devais ma vie à ce casque ! C’était mon casque porte bonheur et, aussi endommagé qu’il était, je décidai de le porter tout le restant de la guerre. »
 
Casque de George Dickson impacté !
 
Souvenir de George Dickson.
(source : musée Dead’s man corner.)
Le partage c'est la liberté

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.