U-480 « Alberich »

Le premier sous-marin furtif était allemand

 

Le Unterseeboot 480 (U-480) est un sous-marin allemand, de type VII Alberich, construit sur le principe de la furtivité : entièrement recouvert de caoutchouc, il était indétectable aux sonars alliés.

Son revêtement en caoutchouc était bardé de multiples trous de différents diamètres, dont la propriété principale était d’absorber les ondes des sonars alliés. Ce revêtement était dénommé « Alberich », connu aussi sous le nom de tuiles anéchoïques.

Il était également équipé des toutes nouvelles torpilles à guidage acoustique.

Le U-480 détruisit quatre navires alliés lors d’une mission dans la Manche en 1944, mais explosa sur une mine marine dans le champ de mines Brazier D2 le 29 janvier 1945 lors d’une mission au sud de l’Île de Wight ne laissant aucun rescapé parmi les 48 membres d’équipage.

Commandé par l’Oberleutnant Hans-Joachim Förster, il envoya par le fond 14 000 tonneaux en 4 jours, malgré une traque de tous les instants par la flotte alliée et 92 grenades sous-marines lancées au hasard.

C’est le 11 septembre 1944, au large de l’Irlande, que, brisant son silence radio, en envoyant à son état-major les résultats de sa mission, que les alliés vont, pour la première fois, entendre parler du procédé Alberich. Les britanniques ne comprennent pas ce qui se cache derrière Alberich et pensent à un bouclier anti-grenades sous-marines ou à un nouveau moyen de propulsion plus puissant. Mais c’est en découvrant le personnage d’Alberich, dans un opéra de Wagner, capable, avec une cape, de se rendre invisible, que les alliés vont comprendre en quoi consistait l’innovation technologique allemande.

A l’exception de l’U-480, aucun des dix autres sous-marins de ce type ne fut perdu au combat.

L’épave de l’U-480 ne fut retrouvée qu’en 1998 à 58 mètres de profondeur avec encore une bonne partie de son revêtement de caoutchouc.

Après la guerre, les tuiles anéchoïques ne seront pas utilisées avant les années 1970, lorsque la marine soviétique commença à revêtir ses sous-marins de caoutchouc. Au fil du temps, la technologie progressant, les tuiles permirent de réduire de façon radicale la signature acoustique des sous-marins. Les tuiles des sous-marins russes de la classe Akula ont une épaisseur d’environ 100 mm et permettent de réduire leur signature acoustique de 10 à 20 dB (10 % à 1 % de la puissance initiale).

L’US Navy a commencé à appliquer des revêtements anéchoïques sur ses sous-marins à partir de 1988, et les autres marines ont suivi rapidement.

Merci à mon ami Eric et son site http://bigot45.free.fr

sources : wikipedia, www.libertyship.be, www.alberniproject.org

 

Le partage c'est la liberté